Imara un engagement durable et s'engage contre le naufrage climatique

Chez IMARA Tea, notre objectif n'est pas seulement de célébrer l'Afrique au moyen de collections. Nous souhaitons aussi accompagner nos partenaires pour transformer la filière africaine de production du thé.

 Le Kenya fait l'objet d'un paradoxe. Il est le premier producteur mondial de copeaux de thé noir. Un rendement qui contraste nettement avec les méthodes encore artisanales des petits producteurs locaux. Leur exigence de qualité et leur savoir-faire ancien les desservent dans la recherche de nouveaux débouchés en Europe. Nous aurions alors pu nous limiter à un rôle de négociant pour les aider à exporter leur thé. Mais nous avons fait le choix plus ambitieux de créer notre propre marque en promettant trois garanties : 

  • une traçabilité de nos produits grâce à la suppression de tout intermédiaire
  • une qualité de production encore rare sur les marchés français et européen
  • un accompagnement des petits producteurs vers une agriculture plus durable 

Ce dernier impératif est ancré dans notre ADN car nous avons conscience que si rien ne change, la température moyenne au Kenya augmentera de 2,5°C d'ici 2050. Il sera peut-être possible de bronzer sur le mont Kenya, lequel culmine pourtant à 5 199 mètres d'altitude. Mais le dérèglement climatique aurait pour conséquence de réduire de 26% les territoires dans le pays où la culture du thé est optimale. L'impact serait dramatique pour l'économie déjà fragile du Kenya puisque la production du thé représente un quart de ses exportations agricoles.

 

Chez IMARA Tea, on a donc décidé d'agir en devenant membre du collectif international 1% for the Planet. Cet engagement implique de reverser 1% de notre chiffre d'affaires annuel à des associations luttant contre le naufrage climatique et favorisant le développement d'une agriculture raisonnée.

 

Par ailleurs, nous soutenons nos partenaires agricoles dans leur transition vers une agriculture durable et plus économique. Nous allons ainsi financer l'achat de goutte-à-goutte, des systèmes d'arrosage permettant d'irriguer parfaitement les plants. Comme les feuilles ne sont pas mouillées, le risque d'apparition de maladies comme le mildiou ou l'oïdium chute drastiquement. Autre avantage de taille : l'eau de pluie peut être recyclée, ce qui entraîne une baisse des dépenses en eau, une ressource particulièrement précieuse au Kenya.

 

Notre but est également d'accompagner nos partenaires locaux vers le bio. La coopérative avec laquelle nous travaillons est située au mont Kenya, une région aux conditions météo propices à une culture optimale du thé. La fraîcheur des températures neutralise la présence de moucherons et autres insectes nocifs pour les feuilles de thé. Elle a donc décidé il y a un an et demi d'arrêter toute utilisation de pesticides. Nous l'aidons aujourd'hui à obtenir un label bio pour que la qualité de sa production soit reconnue. Nous avons bon espoir d'y parvenir sous peu car elle associe tout ce qui est cher à IMARA Tea : un thé au goût exceptionnel obtenu à partir de techniques anciennes et respectueuses de l'environnement.

 

Enfin, nous sommes très attachés à la valorisation du capital humain. Il est primordial que nos collaborateurs se sentent bien au travail et apprécient de traiter avec nous. Nous sommes concentrés sur un enjeu qui nous tient éminemment à cœur : l'émancipation des femmes. Nous espérons d'ici trois ans ouvrir une crèche sur la coopérative pour permettre aux mères de faire garder leurs enfants pendant qu'elles travaillent dans les plantations. Nous sommes aussi en contact étroit avec un médecin de Nairobi pour créer sur place un dispensaire.

Laissez un commentaire